• Grande Cueillette
  • Grande Cueillette
  • Grande Cueillette
  • Grande Cueillette
  • Grande Cueillette
  • Grande Cueillette
  • Grande Cueillette
  • Grande Cueillette
  • Grande Cueillette
  • Balade Chantée
  • Balade Chantée
  • Balade Chantée
  • Balade Chantée
  • Game of Blosne
  • Game of Blosne
  • Game of Blosne
  • Parcours sonore

Avec ses Promenades Sonores, Ars Nomadis continue à porter un autre regard sur la ville au travers de parcours sensibles. Arpenter la ville, interroger son aménagement, son histoire, son architecture, découvrir des espaces inconnus, des quartiers éloignés… autant d’actions que nous voulons encourager et accompagner sur différents quartiers d’ancrage ou de résidence.

De nouvelles représentations du territoire peuvent émerger révélant le potentiel poétique de nos espaces de vie et questionnant les dimensions subjectives, sensorielles, imaginaires, émotives dans la représentation de la ville.

Ces promenades sonores (ou « balades patrimoniales ») constituent un dispositif privilégié de rencontre, de son voisin, de l’autre, de l’étranger, et sans nul doute un moyen pour dépasser les préjugés et les représentations sociales, susciter la curiosité. C’est une manière de se réapproprier l’espace public, en (re)devenir les acteurs.

A travers ces balades, Ars Nomadis entend valoriser les rôles de l’habitant et de l’artiste dans la fabrique de la ville.

Les Balades Patrimoniales du Blosne

Suite à l’engouement porté aux différentes balades proposées à l’occasion du quatrième temps fort des Chants du Blosne en juin 2018 « Ville Marchée, Paysages à Déguster ! », Ars Nomadis a impulsé des temps de concertation afin de réfléchir à la suite des Chants du Blosne avec un groupe de suivi composé d’habitants et de partenaires.

Inspirés par les balades du Bureau des Guides du GR®2013 à Marseille, et décidés à faire vivre sur le long terme notre parcours sonore au cœur du Blosne, nous avons proposé de co-construire plusieurs balades patrimoniales avec les habitants et partenaires avec qui nous tissons des liens depuis 2016.

2 premières balades patrimoniales seront créées en 2020 sur le quartier du Blosne : une première sur l’histoire du quartier, et une seconde sur son patrimoine végétal.

Une fois finalisées, les balades patrimoniales seront guidées par les habitants eux-mêmes. Nous les accompagnerons dans ce sens afin de formaliser l’existence de ce groupe de bénévoles et son fonctionnement.

Véritable exercice des droits culturels, ce projet de balades patrimoniales qu’Ars Nomadis porte sur le territoire du Blosne et sur d’autres territoires urbains et péri-urbains relève de l’application libre de la convention de Faro.

 

Convention de FARO (2005)

Le droit de prendre part librement à la vie culturelle de la communauté est reconnu par la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Avec la Convention de Faro, le Conseil de l’Europe l’a précisé pour le patrimoine culturel en proposant de reconnaître à chaque personne, seule ou en commun, le droit de bénéficier du patrimoine culturel et de contribuer à son enrichissement. C’est à dire à titre d’exemple le droit de désigner de ce qui fait patrimoine pour soi, de prendre part aux choix de sa mise en valeur ou de donner son avis sur l’usage qui en est fait, seul ou en commun.

La définition du patrimoine prise en compte inclut tous les aspects de notre environnement résultant de l’interaction dans le temps entre les personnes et les lieux. Ce patrimoine n’est ni statique, ni immuable. Au contraire, notre action humaine le définit et redéfinit en permanence.

 

 

Le projet des Balades Patrimoniales au Blosne est financé par la Fondation Grand Ouest

Crédits photos : Antoine Beaufort, Sarah Le Quéré, Jean-Luc Valentin

« Si les immenses distances qui séparaient jadis les continents se sont rétrécies,
un gouffre peut se creuser entre deux quartiers ou deux étages d’immeuble : les moyens de communication permettent une instantanéité absolue, mais il faudra des années pour connaître le visage de son voisin.
Dans ce monde déterritorialisé et entièrement remodelé par la technique,
la géographie n’est plus seulement l’affaire de la science dure mais aussi celle des artistes,
qui l’approchent dans une perspective tout aussi poétique que critique. »

Nicolas Bourriaud, GNS, Global Navigation System, 2003